Le Japon

Jour 5
(mardi 31 octobre)
Shören-in - Chion-in - Kiyomizu dera

Afficher / Masquer l'itinéraire du jour

Un vrai p'tit bonheur ces futons, on dort vraiment bien... bon d'accord, si on dort si bien c'est aussi peut être aux journées de marche que l'on se fait ;o). Le réveil dans la maison de Sashiko Mori est très agréable, en effet, elle se trouve dans un quartier de Kyoto que sillonnent de petites rues étroites et elle est située sur le passage de jeunes écoliers japonais. Juste en dessous de nos fenêtres se trouve un petit carrefour où un retraité assure la traversée des écoliers. A chaque écolier, il lance un chaleureux "Ohayö, gozaimasu!!" qui n'est autre que le bonjour japonais, à ne dire que très tôt le matin... passé 9 ou 10h, il est bon de dire simplement "Konnichiwa" ou plus familièrement "Ohayö".

Le temps de nous faire beau et hop nous voilà dehors pour chercher notre bus. Aujourd'hui, on retourne à l'est de la ville. Nous avons visité avant-hier le Ginkakuji, aujourd'hui on va visiter les temples un peu plus au sud en commençant par le Shören-in.

Maintenant que l'on se trouve à la gare centrale, on prend le bus 100 et on espère réussir à s'arrêter à la station Higashiyama Sanjo... pourquoi on espère allez-vous nous demander ? Et bien pour le simple fait qu'il n'est pas évident de comprendre un chauffeur du bus lorsqu'il stipule l'arrêt à venir ;o) Aller je suis sympa, je vous donne un truc infaillible pour ne pas louper votre station... Il suffit de compter les arrêts !!! ;o)

Après 10 minutes de marche, nous arrivons au Shören-in (repère sur la carte). L'entrée du temple est immencable par les immenses camphriers qui se dressent devant le mur extérieur. C'est impressionnant, il n'y a personne, ce temple est très souvent ignoré des foules qui se précipitent vers les autres temples d'Higashiyama. C'est un endroit agréable, la lumière du matin rend les lieux tout à fait extraordinaire. La construction du bâtiment repose sur une base carré avec un double jeu de coursive. L'ensemble des murs ne sont en fait que des parois amovibles... Et à cette heure, elles sont entièrement otées, ce qui laisse notre regard traverser entièrement le bâtiment et contempler les jardins autour.

On s'attarde longtemps au sein de ce temple, on se prend à flanner dans ses jardins, à s'assoire sous une coursive et à écouter... le calme. A cet instant, on a réellement l'impression d'être seuls, totalement seuls... enfin sans doute parce que nous sommes... seuls !!! Si si c'est possible d'être seuls au Japon ;o).

Nous laissons derrière nous avec beaucoups d'émotion le temple Shören-in. Nous continuons notre promenade vers le sud pour atteindre 300 mètre plus loin le temple Chion-in (repère sur la carte), dans le quartier Hiroshiyama. Ce temple Bouddhiste est aussi connu sous le nom de Judo Shu. Le temple est en fait la réunion de plusieurs bâtiments qui en finalité, forment un temple gigantesque en superficie.

C'est assez drôle comme manie, à chaque fois qu'une japonaise et à coup sûr une écolière se fait photographier, elle va effectuer le signe "V", je ne sais pas trop pourquoi ?? Est-ce un signe de victoire ?? Est-ce un signe porte-bonheur ?? Pff aucune idée.

Nous traversons le parc Maruyama (repère sur la carte) où de nombreuses personnes y pique-niquent. Le parc regorge de beaux endroits. Les arbres sont nombreux on peut aisément imaginer la splendeur des lieux lors de la floraison des cerisiers... Va falloir que l'on revienne c'est sûr !! ;o)


Nous revenons très légèrement vers la ville sur la rue Shijo-dori, afin de trouver un restaurant. Là, nous y allons au hazard, sans regarder dans nos guides. Huum, pas facile de trouver un restau... et bien finalement, on s'arrête dans un restau en hauteur (9ème étage). Bah bien sympathique en finalité ;o). Au détour d'une rue, je m'apperçois que les japonnais mettent en oeuvre un certain bordel dans leur installation filaire. Rien ne semble enterré, tout le réseau électrique, téléphonique et je ne sais quoi encore passe au dessus de nos têtes dans un entremêlement de fils. Petite réflexion personnelle, en cas de séisme, cela doit être plus simple à remettre en oeuvre les réseaux coupés plutôt que de devoir déterré des kilomètres de gaine pour retrouver la coupure... Enfin, ce que j'en dis moi !!


Nous souhaitons arriver au temple Kiyomizu en fin de journée afin de profiter du coucher de soleil. En attendant, nous reprenons le bus 100 (arrêt Hakubutsukan Sanjusangendo-mae) pour aller visiter le temple Sanjusangendo plus au sud (repère sur la carte) qui habrite 1001 statues de Kannon, la principale émanation de la compassion du Bouddha. En arrivant sur les lieux, le temple n'impressionne pas par sa prestance mais plus par sa longueur (120 m de long) qui en fait la construction en bois la plus longue du pays. Nous croisons deux touristes américains en sortie du temple, ils nous abordent en nous demandant si nous souhaitons visiter le temple. Lorsque nous leur répondons que oui (bah oui !!! Nous n'allions pas faire juste de la figuration... pfff !! ;o)), ils nous tendent deux tickets qu'ils avaient en plus en prétextant qu'ils avaient été déçu de leur visite et que cela ne méritait pas les ¥1200 (11€) pour deux. Surpris, nous acceptons les tickets tout en les remerciant chaleureusement de leur geste et après avoir discuté un petit moment sur leur trip à Kyoto : direction le temple.

Avec les deux tickets en poche (ci-contre, un billet recto/verso), zou... on entre dans le temple !! Sa visite banit les appareils photos, c'est pourquoi la photo ci-dessus à droite, montrant les statues à l'intérieur, n'est pas de nous. Le temple est très austère, la vue des 1001 statues reste cependant très impressionante. Un petit bémol toutefois, les statues ne sont pas superbement entretenues, beaucoup de poussière et de toiles d'araignée s'entremêlent sur les statues.

Le temple présente tout autour un mur d'enceinte des plus... "flashee" ;o), un orange détonnant qui tranche avec la verdure du petit parc boisé.

Et maintenant, en route vers notre destination principale du jour, le temple de l'eau (mizu) pure (kiyoi), le temple Kiyomizu (repère sur la carte). Un p'tit tour de bus 100 pour revenir à l'arrêt Kiyomizu-michi. Nous remontons la rue Matsubara dori et arrivons à la porte d'entrée du temple : une pagode à deux étages (ci-contre, un billet recto/verso). Il y a pas mal de monde qui ont eut sans doute la même idée que nous, profiter du soleil couchant pour avoir une superbe vue depuis la terrasse du temple.

Sur l'escalier à droite de la porte d'entrée, défilent les élèves de différentes classes pour être photographiés. C'est sur que le panorama est nettement mieux que lors de mes photos de classe prises à l'époque, dans le préau de mon école primaire :o).

La vue depuis la terrasse en hauteur offre depuis le temple, une vision de Kyoto grandiose ainsi que sur la forêt tout autour. Alors que nous sommes malgré tout à la fin du mois d'octobre, les arbres ne sont pas encore rougeoyants... la vue aurait été encore plus forte je pense.

Derrière le temple, un chemin permet d'accéder à l'Otowa no taki, une source sacrée où 3 filets d'eau jaillissent de la montagne. Les croyances indiquent que la source confère santé, longévité et réussite dans les études... voilà sans doute la raison de la présence d'autant d'élèves !! Nous aussi, nous allons goûter à cette eau sacrée. La situation est cocasse, nous devons prendre une perche au bout de laquelle on dépose un gobelet et à bout de bras, on tente de le remplir et espérons que les propriétés curatives sont bien présentes ;o).

A la tombée de la nuit, nous déambulons dans les rues en direction du Crossroads. Les rues ne sont pas éclairées à outrances ce qui donne un côté très zen, très romantique. Nous nous arrêtons dans un petit restaurant sur notre retour... ... Charmante soirée... Journée splendide... Vivement demain !!!


Hier - Aujourd'hui - Demain
Bouchon&Capsule - © 2007-2018